Rencontres à Talata

Classé dans : Nos Actions | 0

Novembre 2014

Les membres de l’association ont rencontré l’équipe locale d’écovillage Madagascar au cours d’un voyage à Madagascar près du village de Talata volonondry .

Lors de ce séjour sur le site, des échanges  ont permis de :

travailler  sur une nouvelle unité permaculturale

  • en traçant les canaux
    Cristel : compas égyptien
    Traçage des canaux avec le compas égyptien
  • en participant à la construction des bassins
    bassin-de-rétension
    Les bassins de rétension
    Canaux de rétention et trous de plantation
    Canaux de rétention et trous de plantation

    et des canaux de rétention d’eau avec l’équipe locale

  • Puis aider à la préparation du terrain
    Rencontres avec les ouvriers Aymeric & Guy
    Préparation de l’emplacement de la maison
  • Élaborer ensemble les plans du terrain

    Sylvie : recherche de l'emplacement de la maison
    recherche de l’emplacement de la maison
  • et du futur habitat
    Discutions sur la construction de la maison : Didier
    Discutions sur la construction de la maison

Rencontres avec les habitants : Michelle

  • faire la maquette d’une habitation en recueillant l’avis de l’équipe locale
    Maquette de la future maison : Catherine
    Maquette de la future maison
  • planter plus de 200  arbres de différentes essences

Plantation des arbres : Aymeric
Plantation des arbres
  • Rencontres avec les enfants de l’écovillage

    (modelage, tricot…)

Apprentissage du tricot : Catherine

Apprentissage du modelage : Catherine

  • et leur donner les moyens de commencer un  petit élevage de poules pondeuses.

Ces rencontres avec les enfants ont été très riches des deux côtés.

Mais ce cours séjour de dix jours a surtout permis des rencontres avec les malgaches, de découvrir leur hospitalité, leur vitalité, leur sensibilité, l’attention qu’ils portent aux autres et un ensemble de valeurs dont notre vie citadine nous a éloigné.

Ce séjour a permis aussi de voir combien il est facile d’aider ces populations qui ont soif d’apprendre ce que leurs ancêtres savaient si bien faire afin que Madagascar retrouve ses richesses, sa fierté, son autonomie.

Laissez un commentaire