LES AMIS D’ECOVILLAGE MADAGASCAR

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE  du 1er DÉCEMBRE 2018

RAPPORT D’ACTIVITE

A Madagascar, l’année 2018 a été marquée par les élections présidentielles en novembre. Depuis quelques mois, le pays est secoué par des manifestations et le mécontentement de la population. Mais en fin de compte tous ces mouvements populaires ont été récupérés par quelques principaux candidats (anciens présidents) qui ont mobilisés à eux-seuls un budget de campagne égal à celui des pays les plus riches de la planète.

Le deuxième tour des présidentielles aura lieu le 19 décembre prochain et verra la consécration d’un des deux anciens présidents parmi les plus corrompus.

Il n’y aura aucun changement pour la population sinon en pire. Les multinationales seront encore plus présentes et plus puissantes. La corruption continuera ses ravages.

Dans ce contexte peu encourageant, le réseau Ecovillage Madagascar remplit sa mission avec persévérance et courage.

J’ai demandé à Andry, créateur d’EVM, de nous brosser un tableau de la situation du réseau à ce jour. Je me permets de vous restituer son compte-rendu :

Les années 2013 – 2017

Ecovillage Madagascar est surtout connu pour

  • Les formations en Permaculture qui visent l’autonomie, la sécurité alimentaire et le bien être humain en harmonie avec son environnement
  • La mise en place d’éco-sites qui respectent les principes et pratiquent les techniques écologiques (une douzaine d’éco-sites à ce jour)
  • L’organisation de rencontres et échanges thématiques
  • L’accueil d’écotouristes et stagiaires nationaux et internationaux

Année 2018

A partir de l’année 2018, Ecovillage Madagascar s’est ouvert à plus de thématiques et a adopté une approche plus structurée :

  • Le calendrier annuel des formations et événements a été établi dès le début de l’année avec 4 grandes formations payantes de 35 h avec des modules en Malgache et en Français
  • EVM a participé à plusieurs événements d’envergure nationale organisés par les Ministères concernés et les partenaires : Journées Internationales du Sol, Journée Internationale des montagnes, Journée International contre la désertification, Journée Internationale des Forêts
  • De nouvelles thématiques ont été plus développées au sein du réseau :
  • Permacantine Scolaire pour les Ecoles,
  • Gestion et Fertilisation du Sol,
  • Apiculture et Reforestation,
  • Ecoconstructions,
  • Recyclage des Déchets

Situation en fin d’année 2018

  • Plus de 110 nouvelles personnes dont 40 jeunes (année scolaire 2017 – 2018) ont été directement sensibilisées/initiées/formées aux différentes thématiques de la Permaculture
  • Augmentation de la demande de formation par les organismes et projets de développement, avec plusieurs demandes de formation en attente
  • Andry souligne que ces activités de formations et de communication en Permaculture permettent à quelques membres du réseau d’avoir un revenu ponctuel. Tous cumulent plusieurs activités et aucun n’a un revenu correspondant à ses capacités. Pour donner une idée, le salaire à plein temps d’un ingénieur serait d’environ 260  à 400 € à Madagascar. Mais les quelques ingénieurs agronomes d’EVM n’ont pas d’activité régulière dans leurs spécialités.
  • Ecovillage Madagascar commence à publier dans le magazine trimestriel du GSDM (Groupement semi-direct Madagascar) qui réunit des acteurs et organismes de l’agroécologie à Madagascar
  • Ecovillage Madagascar est fortement sollicité pour des interventions aussi bien dans le secteur public que privé. EVM est un membre actif du Global Ecovillage Network

Situation à ce jour de la Permacantine de Betsizaraina

Depuis mon dernier voyage à Mada en janvier 2018 quelques actions concrètes ont été financées par LES AMIS D’ECOVILLAGE MADAGASCAR :

  • Achat du matériel pour la cantine (assiettes, brasero économique, etc…)
  • Installation d’un abri pour la cuisine (braseros, vaisselle…)
  • Finalisation du bassin de récupération d’eau de pluie
  • Construction de nouvelles buttes en permaculture
  • Formation en permaculture d’une trentaine de personnes (élèves, parents d’élèves et enseignants)
  • Achat de denrées alimentaires pour alimenter la cantine en plus de la production locale qui n’est pas suffisante

A ce jour des problèmes subsistent qui empêchent le fonctionnement à plein temps de la cantine :

  • La sécheresse sévit à nouveau cette année. Les premières pluies sont annoncées pour décembre mais sans garantie.
  • Les parents d’élèves sollicités pour la culture sont peu présents. Ils donnent la priorité à leurs propres rizières et autres activités agricoles
  • La production du jardin est insuffisante pour couvrir les besoins de la cantine
  • La cantine ne fonctionne pas tous les jours et tous les enfants n’en profitent pas

Annie qui porte ce projet continue à y croire malgré des moments de découragement. Elle est assez confuse de nous présenter un bilan aussi peu brillant. Mais pouvons-nous nous permettre de laisser tomber ce projet et d’abandonner ces enfants à leur sort ? Pour moi la réponse est non. Les Amis d’Ecovillage Madagascar continueront à soutenir la Permacantine dans la mesure de nos moyens en insistant sur le rôle pédagogique de ce projet auprès des élèves parmi lesquels plusieurs seront les agriculteurs de demain.

La mise en place de cette Permacantine illustre bien le problème de la lutte contre la grande pauvreté à Mada (et ailleurs). Il est très difficile de trouver un juste équilibre entre l’assistanat pur et le fait de donner aux bénéficiaires l’occasion de s’en sortir seuls avec un coup de pouce extérieur. Comment aider l’autre en lui donnant des outils pour s’aider lui-même… La Permaculture serait un des moyens les plus adaptés mais là aussi il faut faire preuve de beaucoup de patience et de discernement.

Les motivations des membres du réseau restent fortes. Ils sont persuadés que la Permaculture appliquée à Madagascar pourrait changer le sort des paysans (85 % de la population) et le cours de l’agriculture.

Ils sont également conscients qu’il est très difficile de persuader les paysans d’abandonner leur pratique pour en adopter d’autres. Alors que la permaculture propose une gestion et une vision à long terme, le paysan malgache fonctionne en mode de survie et dans le court terme.

Malgré ces difficultés ECOVILLAGE MADAGASCAR est devenu une référence en permaculture dans le pays et sensibilise de plus en plus de personnes notamment les jeunes générations.

Le souhait de plusieurs dans le réseau est d’avoir à terme un vrai site pilote d’envergure en permaculture qui permettrait de :

  •  Montrer de façon concrète et pérenne les avantages de la permaculture
  • Accueillir des formations et des stagiaires dans un lieu dédié
  • Permettre à plusieurs familles malgaches de vivre concrètement de la permaculture

Notre association Les Amis d’Ecovillage Madagascar s’associent à ce rêve et espère le rendre possible par notre contribution et notre soutien.