ASSEMBLEE GENERALE du 19 SEPTEMBRE 2015

RAPPORT D’ACTIVITE

Sommaire

EVOLUTION DE L’ASSOCIATION DEPUIS SA CREATION

  1. Novembre 2014 – Voyage à Madagascar
  2. Présentation au SEL de CERGY PONTOISE
  3. Création et alimentation du site informatique ainsi qu’une page facebook

NOUVELLES DE MADAGASCAR

  1. Le site de Talata
  2. Le site de Soamanina
  3. Le site de Antanana Maitso
  4. Projets Ndao Hivaotra et Antsirabe

EVOLUTION DE L’ASSOCIATION DEPUIS SA CREATION

 

  1. NOVEMBRE 2014 – VOYAGE A MADAGASCAR

Un groupe de 6 personnes se rendent à Madagascar : Guy et Aymeric LORTHIOIS, Catherine BOUTEVEILLE, Sylvie FOLIGUET, Cristelle ESCUDIER et Michelle CHAMPION.

A part Michelle, les cinq autres personnes se rendent à Mada pour la première fois. Chacun subit à sa manière le choc des cultures et la rencontre avec la grande pauvreté. L’arrivée à Tananarive, la capitale, est toujours perturbante. La misère s’étale sur les trottoirs et on traverse des quartiers entiers de bidonville.

Le groupe est soulagé d’arriver à Talata sur l’Ecovillage à une trentaine de kilomètres de Tana. Tout a été préparé pour l’accueil des visiteurs dans le nouveau bâtiment en terre et toit de chaume.

L’usage des toilettes sèches et des douches solaires est bien accepté par tous. On s’habitue également à l’absence d’eau courante. Faire la vaisselle dans ces conditions demande créativité et bonne humeur…

Andry et Hanitra son épouse ainsi que la famille de Célestin et Céline seront aux petits soins pour rendre le séjour le plus agréable possible. Céline et Vonjy nous régalent de leurs talents culinaires d’autant que la cuisine est faite au feu de bois et dans des conditions rudimentaires.

Après la découverte du lieu et la visite des unités permaculturales déjà en place, les Amis d’EVM se mettent au travail avec l’équipe locale dès le lendemain.

Au programme : le design et le commencement de l’aménagement de l’unité 5.

La conception de l’habitat est faite avec l’équipe locale. L’échange est intéressant.

Les points de vue et les priorités ne sont pas les mêmes. L’équipe locale préconise une habitation très simple et tient à ce que la cuisine et les toilettes soient à l’extérieur de la maison comme il est de coutume ici à la campagne. Une maquette en terre sera réalisée par Catherine. L’équipe locale de terrassiers commencent à creuser les fondations. Les briques en terre crue ont déjà été préparées mais malheureusement durant notre séjour un gros orage (un des premiers de l’année) va tout emporter.

Cette unité se trouvant à flanc de colline, des canaux de rétention d’eaux seront construits ainsi que deux bassins de rétention en amont.

La gestion de l’eau est cruciale dans ce pays. L’année se partage entre 6 mois de pluies abondantes voire diluviennes et 6 mois de sécheresse.

En permaculture, la gestion de l’eau consiste à :

  • retenir l’eau qui dévale les pentes en creusant des canaux suivant les courbes de niveau,
  • planter des arbres le long des canaux,
  • creuser des bassins de rétention qui peuvent éventuellement être utilisé pour la pisciculture.

L’eau retenue réalimente la nappe phréatique et la terre redevient cultivable. Après quelques années, l’érosion est stoppée.

Durant leur séjour les Amis d’EVM aident à planter 500 arbres principalement des essences locales robustes et bien adaptées au climat.

Vers la fin du séjour les premières grosses pluies arrivent. C’est un test pour la nouvelle habitation qui n’a jamais connu de pluies. Des fuites d’eau apparaissent un peu partout et entame le moral des visiteurs. L’équipe locale colmate le toit avec les moyens du bord. Là aussi c’est une révélation pour certains. Le manque d’outils, l’absence de formation et l’urgence rendent le travail très aléatoire.

Un autre aléa ne facilite pas la fin du séjour. Malgré la pluie abondante l’eau du puits se tarit et tous prennent part à la corvée d’eau. Il faut aller la chercher à la source en contrebas et remonter les seaux d’eau. Tous envient la dextérité de Céline et des enfants qui remontent les seaux d’eau sur la tête.

Un dernier incident attriste notre départ. Nous assistons impuissants à la coupe des arbres alentour par les voisins. Le problème de voisinage va s’intensifier après notre départ et jusqu’à ce jour. C’est le point noir de l’Ecovillage de Talata. Andry n’arrive pas à le régler même en faisant appel à la justice (justice très corrompue). Cela vient d’une réglementation très laxiste en matière de foncier dans le pays. Les voisins de l’Ecovillage empiètent sur le terrain acquis par Andry et refusent de respecter la propriété. Ils vont même jusqu’à exercer des pressions sur les familles qui souhaitent s’installer sur l’Ecovillage. Nous saluons d’autant plus le courage de la famille Célestin et leur persévérance.

Nous nous rendons compte également qu’il n’est pas facile n’innover et de braver les mentalités à Mada. Andry a bien souvent besoin d’être soutenu moralement encore plus que financièrement.

2. PRESENTATION AU SEL DE CERGY-PONTOISE

 Comme chaque premier mardi du mois, les adhérents du SEL se réunissent pour un repas partagé suivi éventuellement d’un thème d’animation. Ce premier mardi de janvier 2015 nous avons l’occasion de présenter notre association à près d’une soixantaine de membres.

Nous présentons un power-point sur la situation globale à Mada ainsi que le film de l’interview de Andry. Ces 2 supports sont visibles sur le site des Amis d’Ecovillage Madagascar.

Nous recueillons nos premières adhésions. A ce jour la majorité de nos adhérents font partie du SEL de Cergy.

3. CREATION ET ALIMENTATION DU SITE INFORMATIQUE ET PAGE FACEBOOK

Guy s’attelle à ce travail qui va lui prendre beaucoup de temps. Le site informatique est alimenté régulièrement par les nouvelles et les photos que nous recevons de Andry.

C’est une façon pour les adhérents de suivre l’évolution d’Ecovillage Madagascar.

Il nous permet également de partager nos convictions et nos inspirations.

La retombée du site informatique en termes d’adhésion est quasiment nulle

malgré un nombre important de visites.

Une page facebook créée plus tard attire plus de lecteurs et de « j’aime ».

Nous continuons malgré tout à partager et informer. Cela fait aussi partie de la mission de notre association.

NOUVELLES D’ECOVILLAGE MADAGASCAR 

  1. LE SITE DE TALATA

Ce site de 5 hectares à une trentaine de km de Tananarive est un lieu de formation en permaculture ainsi qu’une vitrine d’application de cette méthode.

Les stagiaires peuvent voir sur le terrain et expérimenter l’enseignement théorique :

  • design d’unités permaculturales avec les différentes zones (habitation, potager, arbres, compost, riziculture …)
  • gestion de l’eau avec le creusement de canaux et bassins de rétention
  • gestion de culture avec paillage, cultures en buttes, compostage, tracteurs à poules, spirales d’herbe aromatiques…
  • constructions expérimentales avec les matériaux locaux.

Le site héberge une seule famille actuellement car les problèmes de voisinage dissuade les nouveaux arrivants.

Néanmoins les visites sont nombreuses tout le long de l’année et la famille de Célestin joue très bien leur rôle d’accueil. Une interview de Célestin à la télévision malgache nous a vraiment convaincu de son implication et sa compréhension de la permaculture.

2. LE SITE DE SOAMANINA

Un ancien stagiaire, Jacques RAJAOFERA a décidé de pratiquer la permaculture sur son terrain de 1000 m². Il souhaite également que son site serve d’exemple pour les paysans des alentours et il est prêt à accueillir des sessions de formations en permaculture.

Les Amis d’Ecovillage Madagascar ont contribué à hauteur de 300 € à la gestion de l’eau sur son terrain : creusement de canaux et d’un puits. Le goutte à goutte que nous avons ramené en novembre dernier sert également sur son terrain pendant la saison sèche.

3. LE SITE D’ANTANANA MAITSO

Harilala , une autre stagiaire et toute sa famille ont commencé à pratiquer la permaculture sur leur terrain. Leur terrain en zone semi-urbaine à quelques km de Tananarive permettra la sensibilisation des populations urbaines aux techniques de permaculture.

Une partie du terrain ayant été planté d’eucalyptus a été défrichée par les terrassiers qui viennent de Talata. L’eucalyptus, trop gourmand en eau appauvrit le sol et doit malheureusement être déraciné avant la revalorisation de la terre. Les arbres étaient également très vieux et empêchaient l’ensoleillement du terrain. La décision n’a pas été facile à prendre.

Les Amis d’Ecovillage Madagascar ont financé à hauteur de 300 € les prochains travaux pour la gestion de l’eau. La construction de butte a commencé sur le site.

4. PROJETS N’DAO HIVAOTRA ET ANTSIRABE

 Andry, le créateur d’ECOVILLAGE MADAGASCAR, jouit de nombreux contacts et dispense des formations en permaculture dans plusieurs endroits.

Andry fait des conférences et des sessions d’information auprès des responsables de communes ainsi que dans les écoles et les universités et notamment dans les écoles d’agriculture.

N’DAO HIVAOTRA est un projet rural de grande envergure sur les Hauts Plateaux sur plusieurs hectares.

A ANTSIRABE, une ville à 160 km au sud de Tananarive, c’est un projet de permaculture urbaine qui voit le jour avec la participation des communes.

Grâce à la conviction et à la ténacité de quelques-uns nous sommes encouragés de voir des petites lueurs d’espoir dans ce grand pays à la dérive.

Permettre ne serait-ce qu’à quelques familles d’être auto-suffisant et retrouver leur dignité, nous encourage à continuer.

La permaculture est vraiment adaptée à ce pays par son respect de l’homme et de la nature. Nous sommes heureux de contribuer à l’essaimage de ces projets et de constater l’intérêt suscité auprès de plus en plus de personnes de tous les milieux et de tous les âges.